Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2012-01-12T07:14:00+01:00

La sérénade d'Ibrahim Santos - Yamen Manai

Publié par agathe

 

 

la sérénade d'Ibrahim Santos

 

Dans la bonne ville de Santa Clara, celle qui produit le meilleur rhum du pays, personne n’est au courant de la Révolution que le dictateur Alvaro Benitez a menée il y a une vingtaine d’années. Les habitants vivent et cultivent au gré des sérénades d’Ibrahim Santos, musicien météorologue. Alors forcément, l’intrusion des troupes armées révolutionnaires, et plus encore, l’arrivée d’un jeune ingénieur agronome brillantissime, vont quelque peu bousculer les habitudes... 
Sur le mode du conte, avec une pincée de réalisme magique, Yamen Manai moque ici les prouesses de nos avancées technologiques et parodie allègrement ces dictatures modernes qui souvent perdurent.

 

Voilà ce qu'on appelle un roman réussi! Ce fut un très beau coup de coeur qui m'a fait terminer l'année en beauté! !

Santa Clara est un village où l'on vit heureux, jusqu'au jour où le Président Benitez goûte son fameux rhum et découvre l'existence de ce village.  La tranquilité des habitants est alors mise à rude épreuve, car pendant 20 ans ils ont vécu en autarcie et ils ne sont nullement au courant de la révolution sanguinaire qui a mis à la tête du pays le Général Benitez.

Toutes leurs habitudes sont alors bousculées avant l'arrivée du Premier Ministre Benitez (le frère du Président!) : on change l'hymne, le drapeau, la devise le nom des rues...

Cette partie du roman est vraiment très drôle quoique teintée d'une ironie lourde de sens.

Que ne ferait-on pas pour éviter à Santa Clara un massacre, et au Président une colère?! Le gouvernement décide alors d'envoyer un ingénieur agronome afin de booster la production de canne à sucre, et ainsi produire plus de ce rhum si délicieux. Joaquin Calderon arrive donc à Santas Clara... Je ne vous en dirai pas plus car c'est un roman qu'il vous faut absolument découvrir.

Yamen Manai a su, à travers un récit écrit à la manière d'un conte d'Amérique du Sud, faire une critique à la douce et acerbe (si, si, c'est possible!!) des gouvernements totalitaires et des révolutions ( qui prend ici tout son sens propre ). 

Tout m'a plus dans ce roman, et ce qui ne gâche rien, le livre  en tant qu'objet est magnifique : papier épais, beige, couverture épaisse. Et cette photo... Juste sublime!

Merci à Libfly et aux éditions ELYZAD pour cette découverte que j'ai faite dans le cadre de la découverte de deux éditeurs du Maghreb.

 

deux-editeurs-elyzad-barzakh.jpg

 

"Il n'y a pas d'âge pour apprendre à faire pire, c'est certain. Mais il y a toujours un âge pour apprendre à faire mieux."

 


       Rendez-vous sur Hellocoton !

 

 

Voir les commentaires

commentaires

Jérémie 17/02/2012 13:21


Effectivement un bon roman dans lequel se mêlent la poésie, la politique et la recherche du pouvoir...


A lire...

June 17/01/2012 12:50


quelle prolifique blogeuse tu fais !! je me régale de tes articles que je recois en news letter ;-) j'ai une question à propose de ce livre ... la musique est-elle présente dans ce roman ? au vu
du titre et de la couverture je suis tentée de le croire mais ... parce que le café litteraire de ma ville est sur le theme de la musique dans le roman alors si c'est le cas pour celui ci
j'aimerais bien le decouvrir dans ce cadre !! voilà mon long commentaire se termine par ce point .

agathe 17/01/2012 13:17



Coucou!! Merci pour tes compliments!!! La musique n'est pas l"élément principal du roman mais elle est présente à certains moments de l'histoire ( c'est un moyen d'expression dans un village sous
emprise militaire).  Si tu veux lire un livre merveilleux, dont la musique fait totalement partie de l'histoire, je te conseille Le troisième jour de Chochana Boukhobza ( Tu peux
aller voir mon avis si cela te tente), je crois d'ailleurs qu'il vient de sortir en poche. En tous cas il a fait l'unanimité au club des lecteurs de ma bibliothèque!


Tu me tiendras au courant de ton choix?



Yv 12/01/2012 15:49


Je t'ai déjà dit tout le bien que je pensais de la maison d'édition, ce bouquin ne faisant pas exception à la règle de sa qualité à la fois pour le livre-objet et pour le texte. D'autres titres
chez Elyzad : tes yeux bleux occupent mon esprit de Djilali Bencheikh et Le paradis des femmes de Ali Bécheur (dans leur collection poche) et le plus particulier La dernière ronde de Ilf-Eddine
(tu peux voir tout cela chez moi). Belles futures lectures

agathe 12/01/2012 20:57



J'ai commencé à parcourir ton blog (belle source d'idées lectures!) et j'étais tombée sur ton avis concernant La dernière ronde. Je l'ai réservé à la bibliothèque. Pour le reste des
titres, je vais de ce pas voir tes avis!! Merci pour ton passage!



Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog