Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2012-01-05T07:09:00+01:00

La compagnie des tripolitaines - Kamal Ben Hameda

Publié par agathe

 

la compagnie des tripolitaines

      A Tripoli, dans les années soixante, on fête la cicroncision du narrateur. Pourtant le jeune garçon ne peut se résoudre à quitter le royaume régi par sa mère et ses amis, Fella la "mangeuse d'hommes", Nafissa qui fume et qui boit, Jamila la sensuelle. Toutes tripolitaines d'origine arabe, berbère, africaine, italienne, juive. De ses errances d'une femme à l'autre, dans une société où l'on ne mâche pas ses mots et où le regard porté sur les hommes est sans concession, le petit mâle en devenir forge sa sensibilité. C'est un monde débridé, puritain, une Libye hors temps qui s'exprime dans cette ronde de portraits de femmes. Au-delà des contraintes de la bienséance comme dans l'intimité d'un gynécée, explosent leurs bravades et leurs malices, leurs vengeances et parfois leurs révoltes.


La compagnie des tripolitaines est un roman court mais percutant!

Hadachinou est un petit garçon, à l'aube de la puberté, dans le Tripoli des années 60. N'étant pas encore considéré comme un "homme" il a l'avantage de pouvoir encore passer ses journées aux côtés des femmes de son entourage.

Il assiste à leur réunion quotidienne autour d'un thé, chacune racontant ses secrets ou ses anecdotes de femme mariée. Il y a sa mère, sa tante, Hiba qui est battue par son mari, Fella à qui il se confie et qui lui offre des bonbons qu'elle confectionne elle-même, Zaïneb, la belle jeune femme que l'on veut marier de force, Khadija... Toutes les femmes ont leur place dans ce petit monde à part: musulmanes, catholiques, juives, femmes mariées, femmes libres... 

Ce monde féminin le fascine, car ces femmes, mariées pour la plupart et privées de liberté à l'extérieur de chez elles, gèrent  leur foyer de main de maître tout en se recréant un monde à elles, rempli de secrets et de mystères.

Elles se confient et parlent beaucoup des hommes et de leur violence, de la main mise italienne dans les années 50, de la guerre, mais surtout des hommes et de leur comportement...

J'ai beaucoup aimé ce petit roman, très poétique, émouvant et qui se trouve être au final un bel hommage aux femmes.

Avec ce roman j'ai découvert la maison d'édition tunisienne ELYZAD, et c'est un véritable coup de coeur! Les couvertures sont superbes et les titres que j'ai lus jusqu'à présents furent de beaux coups de coeur.

N'hésitez pas à jeter un coup d'oeil sur leur site et à aller sur Libfly, un dossier est consacré aux maisons d'édition: ELYZAD et BARZAKH.

 

 

       Rendez-vous sur Hellocoton !

 

Voir les commentaires

commentaires

Yv 05/01/2012 11:58


J'ai lu et j'ai aimé comme toi, et comme tout ce que j'ai lu chez Elyzad. Tu as raisons de dire que leurs bouquins de la couverture, au papier utulisé, aux titres souvent très bons et très beaux,
tout va très bien. Une très belle maison d'édition (je précise que je ne travaille nichez eux ni pour eux ;)

agathe 06/01/2012 07:37



! C'est vraiment une très belle découverte! Je vais continuer à les lire! Aurais-tu un / des titre(s) à me
conseiller?



pom' 05/01/2012 10:52


je le note, tu me donnes envie de le lire

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog